Pourquoi créer un blog (et pourquoi je l’ai fait) ?

Lundi 16 Octobre, 20h50… la procédure d’hébergement est confirmée, il m’aura fallu à peu près 3 mois pour passer à l’action. Rien de plus amusant d’entamer la rédaction de mon premier article en répondant à la question « Pourquoi créer un blog ? »

Chaque jour je repoussais cette action grâce à la force incroyable de cette chère procrastination (oui oui, nous la connaissons tous les deux) et j’espérais pouvoir ressentir en moi, d’un coup, un beau matin, le feu ardent qui me donnerait la force de franchir cette étape, pourtant insignifiante, qui au final s’est révélée être très importante !

Pourquoi j’aime ce que j’aime aujourd’hui ?

Avant d’entamer les festivités et puisque qu’un seul article ne suffit pas à me connaître, j’ai rédigé une petite présentation que vous pouvez découvrir ici.

Longtemps je me suis demandé (et je me le demande encore aujourd’hui) ce que je veux vraiment faire du reste de ma vie. Je n’ai jamais vraiment eu l’impression de vivre la vie que j’ai toujours voulu.

Depuis le début de cette année, j’ai fait énormément de voyages à travers l’Europe. Un de mes rêves qui était celui de voyager et que je croyais pouvoir atteindre dans seulement quelques années s’est réalisée. Une passion naissante pour la photo s’est emparée de moi et j’ai commencé à alimenter mon compte Instagram, jusqu’alors privé d’existence. 

Cliché pris à Noël au bord du Léman en Suisse, c’est l’un des plus incroyables que j’ai capturé

Après ma visite de Florence en Italie, je rate mon vol retour et je passe quelques jours à Pise

Le mois suivant j’ouvre les yeux sur cette incroyable vue de Plovdiv, en Bulgarie

Fin avril, j’assiste à mon premier levé de soleil sur le littoral de Malte

Juste après mon escapade maltaise, je me réveille dans un merveilleux paysage de Croatie

Au mois de juin, j’atteints les sommets de Budapest, capitale de la Hongrie

Début août, je prends toujours plus de hauteur avec cette vue sur Riga, capitale de la Lettonie

Mon compte Instagram se trouve d’ailleurs à cette adresse


Pas moins de 6 pays visités en 6 mois, soit plus de pays visités en ce laps de temps que depuis que j’ai vu le jour. Je ne regretterai jamais cette expérience qui m’a faite rencontrer des personnes extraordinaires (mais j’aurai l’occasion de vous en reparler).  La plupart de ces voyages ont été courts, intenses, et j’avais souvent l’impression de jouer les touristes, entouré de mes amis. Je ne dis pas que c’est une mauvaise manière de voyager, je pense simplement que cela m’a fait réaliser que je voulais voyager autrement, découvrir le monde d’une autre manière, et surtout que je ne voulais plus travailler !

Je vous entends déjà, à vous demander si ma tête ne se trouve pas en plein dans les nuages, mais laissez-moi donc le temps de m’expliquer. Une fois que l’on a deux, trois ans, on va à l’école, parce que c’est ce que nos parents veulent, et que de toute façon, c’est ce que tout le monde fait. Les adultes nous expliquent simplement que, pour être heureux dans la vie, il faut aller à l’école pour avoir un bon travail pour pouvoir gagner beaucoup d’argent et ainsi pouvoir fonder une famille, s’acheter une maison, un mono-space et un écran Ultra HD 4K. Honnêtement, je ne me souviens pas de ce que disaient les adultes à cet âge quand je leur posais la question « Pourquoi on doit aller à l’école ? », mais c’est la version que j’aurais été prêt à donner à un enfant, il y a encore quelques années.

À croire que l’école a correctement effectué son formatage sur mon cerveau. Soit, aujourd’hui je suis en possession d’un Bac S, ma carrière est inexistante et j’ai de maigres revenus. Mais arrêtons de cracher quelques secondes sur ce qu’est l’école. C’est tout de même grâce à elle que je sais écrire dans un bon français, que j’ai pris goût à l’apprentissage des langues comme l’anglais et l’italien et que j’ai découvert que j’avais des facilités et une passion pour le monde et la géographie. Non, je pense que ce qu’il manque à l’école, c’est de ne pas assez nous confronter à la recherche de ce que l’on aime vraiment.

C’est le rôle des parents, me direz-vous. Là encore et ce n’est que mon avis, je ne suis pas d’accord. Jusqu’à environ 13 ans et le début de la puberté, nous grandissons et nous sommes en plein éveil de nous-mêmes. Je pense que c’est à cette période que tous nos rêves nous traversent. On ne le sait pas, mais on l’a senti. Arrivé à l’adolescence, nous commençons alors à nous poser des questions. Nous évoluons dans un monde d’influences, de modes, ou l’intégration est synonyme de normalité. On se range pour ressembler aux autres et ainsi espérer être aimé. On se trompe, mais on ne le sait pas. On fait des choix, souvent par défaut, parce qu’on ne sait pas ce que l’on veut vraiment faire plus tard. Et nos parents sont simplement présents afin de nous encourager dans la direction que l’on choisit.

Bien-sûr je les remercie d’avoir tenter vainement de me faire adhérer à la pratique du sport en club, par exemple. De mes 6 ans et jusqu’à mes 15 ans, j’aurais pratiqué le judo, le basketball, le football, le tennis de table, le tennis, le tir sportif, l’aviron et l’aïkido, sans réel engouement. À l’âge de 18 ans, je fréquente ma première salle de musculation et je prends alors goût à cette discipline que je pratique avec mes camarades, lors de mes études. Aujourd’hui, je pratique le sport de manière totalement indépendante, chez moi ou en plein air.

Tout ça pour dire que si je fais le point sur tous les sujets qui m’animent aujourd’hui, ils sont le résultat d’expériences que j’ai vécu à certains moments de ma vie et qui sont restés encrés profondément en moi.

  • Jamais je n’aurais eu cette excitation pour le voyage si je n’avais pas rencontré cette fille, avec qui j’ai travaillé à Paris, qui m’a offert l’occasion de pouvoir visiter tous ces pays européens.
  • Je ne serais pas passionné de ukulélé si je n’avais pas grandi dans la maison que mes parents ont fait construire il y a une quinzaine d’années, et où j’ai fait la connaissance de mon voisin, passionné de musique.
  • Il ne me serait peut-être jamais traverser l’esprit de devenir végétarien si ma meilleure amie n’avait pas insisté il y a presque cinq ans pour que j’ouvre les yeux sur la condition animale.

Autant de résultats positifs qui se traduisent par l’enthousiasme que les personnes que j’ai rencontré sur mon chemin m’ont communiqué dans la découverte de ces sujets. 

Qu’est-ce qu’un blog ?

Par définition, un blog se compare à un journal de bord connecté où l’auteur y relate ses aventures et ses expériences. Il se définit comme un espace individuel d’expression en perpétuelle évolution, où tout le monde peut prendre la parole, exprimer ses pensées et  partager des conseils sur un sujet précis.

Pourquoi créer un blog ?

Et bien pourquoi pas ? Il y a plein de raisons à cela. Sa fonction principale et de pouvoir permettre un échange entre l’auteur du blog et ses lecteurs. Tout d’abord, l’auteur livre au lecteur un enseignement directement relié à son expérience. Ce dernier lui apporte à son tour une valeur critique, l’aide à progresser, ou lui témoigne sa gratitude si son problème a été résolu.

Le blog peut prendre la forme d’une bulle, spécialisée dans un domaine particulier, où une ligne éditoriale est établie afin de répondre au mieux à certaines problématiques en s’inscrivant dans un contexte actuel. Le lecteur, en quête de réponses à ses questions, bénéficie de l’expérience du blogger qui délivre des informations souvent pertinentes (qui dépend de son expérience personnelle).

On peut prendre l’exemple de Bonne Gueule, un blog qui parle de style et qui donne des conseils vestimentaires destinés à la gente masculine, et de Votre Tour du Monde, un blog qui parle de voyage où l’auteur partage ses conseils (la plupart du temps en vidéo) sur les destinations qu’il ne cesse de multiplier.

A l’inverse, il peut s’agir d’un réel espace de communication où réflexions, expériences insolites et projets artistiques peuvent se mêler sans réelle stratégie de départ.

Pourquoi je l’ai fait ?

Je me suis longtemps posé cette question. Nous sommes désormais à plus d’une dizaine d’années du populaire Skyblog où il était coutume de poster des images en rapport avec ses centres d’intérêt ou des photos de son quotidien. De plus, ces articles arboraient rarement plus d’une phrase. Ma vision du blog est aujourd’hui bien différente.

Tout commence il y a trois mois quand je commence à me renseigner sur le sujet. Le blogging est apparu pour moi comme une solution hyper excitante à la construction d’un tout nouveau style de vie. Indépendant au possible et éternel rêveur, j’aspire à pouvoir gagner ma vie tout en voyageant où bon me semble. Je pense que je suis évidemment loin d’être le seul et la vérité est tout aussi exaltante que l’exercice est un véritable défi à relever. Dans cette course à l’indépendance et à l’auto-suffisance où l’on se doit de devenir un véritable expert sur un sujet, la concurrence est rude et le plaisir disparaît très vite si l’on se prête au jeu dans l’unique but de gagner de l’argent.

Le truc c’est que, quand on se sait pas vraiment qui l’on est et ce que l’on veut vraiment faire, il est forcément hyper simple de se perdre et de ne pas du tout commencer. C’est mon cas et c’est peut-être le tien également.

On en vient à la raison qui m’a poussé à créer ce blog. Au-delà du fait que la plupart des effets positifs de la rédaction d’un blog résident dans l’entraînement à l’écriture, je peux laisser aller mon esprit, souvent surchargé, au fil des mots. Cela me permet ainsi d’explorer ma créativité et de la voir se matérialiser sous mes yeux. La sensation de bien-être qui se dégage lorsque l’on relie ses pensées jusqu’au bout de ses doigts, le tout sur un fond musical inspirant, est indescriptible.

Les raisons que je vois à la création d’un blog sont je pense bien plus nombreuses :

  • Je souhaite partager ce qui me passionne, dire simplement ce que je pense, décrire ma vision du monde.
  • J’ai envie raconter ce que je vis, un peu comme une auto-biographie inachevée qui ne cesserait d’être rééditée.
  • J’aimerais rencontrer de nouvelles personnes avec les mêmes passions et les mêmes problématiques.
  • J’ai le désir ardent d’apprendre toujours plus chaque jour en gardant un oeil sur mes progrès et mes objectifs.
  • Rien de plus stimulant de savoir que des personnes souvent inconnues me lisent et que je peux avoir un impact positif sur leur quotidien.
  • Je désire plus que tout apporter ma contribution et laisser une trace de ce que j’aurais réussi à créer de mon vivant.
  • Je souhaite être confronté aux critiques, ne pas plaire à tout le monde et apprendre de mes erreurs afin de devenir une meilleure personne, jour après jour.

Bref, je veux jouir de cette liberté, me sentir vivre à travers mon imagination et que la quête de mon bonheur devienne une passion.

Gagner ma vie grâce à Internet s’inscrit pour l’heure comme mon objectif principal, mais le blogging personnel est le choix que je fais aujourd’hui, sans savoir où cela me mènera, bien que l’issue soit, j’en suis sûr, un très bel enseignement et m’aide à débroussailler ce qui se trouve devant mes pieds.

Et vous, quelle est votre réponse à la question « Pourquoi créer un blog ? »
Lâchez-vous, exprimez le fond de vos pensées et faites-moi rêver !

The Curly Supertramp Écrit par :

10 Comments

  1. Mawine
    02/11/2017
    Reply

    Je n’ai plus de blog mais je me reconnais dans le processus créatif que tu évoques. Dans le fait d’avoir du plaisir à lire que ce tu couches sur le papier ou via des pixels, de voir tes doigts façonner quelque chose.
    On a tous de jolis rêves de vie, les tiens sont assez exaltants et les vivre par procuration avec toi va être une super expérience.
    Bon courage The Curly Supertramp 😉

    • C’est l’effet que j’aimerais créer grâce à ce blog, merci beaucoup d’avoir observé que j’avais réussi à transmettre toutes ces choses dans mon premier article !

  2. Joanna Mounier
    02/11/2017
    Reply

    Bien joué « Ami Verseau », je me reconnais beaucoup dans ce que tu décris et je ne peux que t’encourager à vivre la vie dont tu rêves !
    En tout cas, tu en prends le chemin et c’est un beau chemin!!!
    Il ne sera pas toujours rose mais il sera toujours passionnant!
    Je te fais pleins de mimis et te dis à bientôt !

    • Je suis agréablement surpris de te lire et de te voir témoigner d’autant de soutien, cela me va droit au coeur, merci et à très vite !

  3. Maryon
    03/11/2017
    Reply

    Hyper cool ce petit article. Un beau témoignage d’une évolution en pleine effervescence !
    J’approuve tes idées à 100%.
    Merci pour ce partage, c’est courageux et ça donne envie !
    Hâte de lire les prochains articles 🤗🤓

    • Merci à toi pour ce retour sincère et très positif ! J’ai aussi hâte de connaître ton avis sur mes futurs articles 🙂

  4. Priscille
    03/11/2017
    Reply

    Ton premier article reflète tout à fait la personne que tu es et que j’ai toujours connu, quelqu’un de passionné, qui ne peut faire les choses que s’il les approuve à 200%, quitte parfois à en faire baver à ses amis (je fais référence aux compléments alimentaires, au sport, au végétarisme, aux voyages et j’en passe).
    Tu as cette flamme dès que tu te saisis de quelque chose, c’est cette flamme qui te pousse à faire tes choix et à prendre des directions parfois très différentes les unes des autres. Alors oui, tu peux paraître quelqu’un d’instable, qui ne sait pas trop ce qu’il veut mais au moins par cet article tu nous montres que tu l’assumes. Il est aujourd’hui tellement difficile de réaliser tous ses rêves, il est déjà d’ailleurs difficile de prendre réellement conscience de ceux-ci. Toi, tu te poses sans cesse la question de ce que tu veux faire de ta vie, tu as ce courage que peu d’entre nous ont. Tu as le courage de tout arrêter et de recommencer de zéro, là où par facilité, nous pouvons poursuivre ce que nous avons commencé.

    L’un n’a pas plus raison que l’autre, mais toi tu te ne poses que très peu de freins et tu t’autorise à trouver ce qui te rendras heureux, bien que ce terme soit sans doute une utopie par moment. Tu as une longue route à faire, comme nous tous. Tu vas très certainement, et je fais là, référence à tes voyages, rencontrer beaucoup de monde et donc apprendre des autres, apprendre sur toi et tu n’en seras que plus grand. Puisses-tu donc par ce chemin et par ton introspection être heureux et vivre tes rêves. Je t’encourage donc à poursuivre !!!

    • Merci infiniment pour ce retour très personnel, j’apprécie de savoir ce que j’inspire pour toi et ça m’encourage à continuer !

  5. Voila déjà 3 jours que j’ai lu ton article mais que je n’es pas pris le temps de laisser un message.
    Pour commencer félicitations d’avoir sauté le pas et bienvenue dans la « blogosphère », pour moi, la première étape la plus dure et longue est de se lancer, mettre en page, trouver l’hébergeur, arriver à mettre sur ordinateur ce que l’on a dans la tête…. voila une bonne chose de faite.

    Je trouve ton article très intéressant et j’aime beaucoup la manière dont il est rédigé.
    Je me retrouve d’ailleurs personnellement dans certaines de tes phrases, je pense que je vais suivre avec attention tes prochains articles.

    Belle journée.

    • Merci infiniment d’avoir pris le temps de réagir à mon premier article, chère consoeur blogueuse. En effet je ne pense pas que l’on soit les seuls à avoir mis du temps pour franchir ces étapes, loin de là ! C’est la porte à enfoncer afin de découvrir tout ce qu’il y a de merveilleux, juste derrière. À très vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *